Le « Goudou-goudou » : l’avant et l’après séisme en Haïti

chez tondreau enfants dans les nx dortoirsHaïti est un pays en pleine reconstruction : grâce à l’aide humanitaire encore indispensable, les haïtiens se battent pour rebâtir leur pays. On ne peut pas parler d’Haïti aujourd’hui sans évoquer le terrible « goudou-goudou » – c’est ainsi que le nomme certains Haïtiens – le séisme qui a secoué Port au Prince le 12 janvier 2010.

 Pourquoi ?

Premièrement, parce qu’il a énormément détruit sur son passage, causé la mort de plus de 230 000 personnes et blessé plus de 400 000 autres. Mais surtout parce qu’il a n’a fait qu’empirer la situation d’un pays déjà très vulnérable où se côtoyaient pauvreté, crime et corruption. Haïti, c’est 72 % de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 2 dollars US par jour. C’est aussi 1 enfant sur 10 de moins de 5 ans en insuffisance pondérale, dont la vie est en danger.

 

Un immense élan de générosité

Face à la violence de cette catastrophe, les donateurs – individus, organisations privées et Etats – ont répondu rapidement à l’appel au secours du peuple haïtien. Pour sa part, en 15 mois, le SEL a reçu 584 000 € de ses donateurs, dont l’un des destinataires locaux chrétiens a été Compassion Haïti (notre partenaire pour le parrainage d’enfants à l’œuvre dans le pays depuis plus de 40 ans).

Très vite, grâce à nos partenaires immédiatement actifs sur place, des vies ont pu être sauvées, des premières aides apportées ; ensuite, très rapidement, avec d’autres partenaires chrétiens, du personnel spécialisé et des tonnes de kits de survie ont été envoyés sur place : nourriture, eau, trousse secours, tentes … Puis l’aide à la reconstruction des infrastructures s’est enclenchée avec les Haïtiens qui ont fourni l’effort principal pour reconstruire leur pays.

 

5 ans plus tard …

Même si le pays peine à se reconstruire, les progrès sont réels. En 5 ans, le nombre de personnes vivant sous tentes est passé d’un million à moins de 50 000. Beaucoup d’écoles et de maisons ont été reconstruites, même si cela ne suffit pas. En effet, c’est tout un système qui doit être rétabli : économique, institutionnel et politique. On estime qu’il faudrait encore 15 ans pour que tout redevienne comme avant !

 

Comme avant ou mieux qu’avant ?

Si la reconstruction est longue et compliquée, c’est non seulement en raison de destructions massives, mais aussi parce que le contexte de départ était si précaire. La plupart des Haïtiens en ont conscience et se battent pour faire « mieux », notamment en utilisant les techniques de constructions parasismiques ainsi qu’en formant la population aux bons réflexes à connaître face à un futur séisme.

Haïti est toujours dépendant de l’aide tant privée que publique. Evitant une aide qui ne soit qu’assistance, nous finançons prioritairement les projets dirigés par les Haïtiens eux-mêmes. Le SEL soutient aussi plusieurs projets de partenaires locaux chrétiens qui œuvrent au quotidien pour que les conditions de vie des enfants et de leurs communautés s’améliorent.

Read magazines online free

Laissez un commentaire

Retour en haut